Les recettes d’Agnès – Choux de Bruxelles

MIAM… des choux de Bruxelles !

Les qualités nutritives de la grande famille des crucifères sont innombrables et cette variété n’y fait pas exception. Très intéressant pour stimuler la fonction hépatique, les choux de Bruxelles possèdent également une belle quantité d’indoles. Ce sont des composés azotés qui stimulent la production de certaines enzymes pour débarrasser l’organisme des toxines cancérigènes.
Leur richesse en vitamine C contribue à stimuler le système immunitaire.
Pour conserver cette précieuse vitamine, on le consommera cru, découpé en fines lanières avec une petite vinaigrette, quelques graines oléagineuses (tournesol, courge, noisettes…) et pourquoi pas quelques raisins de Corinthe.
Voici également autre une façon de le consommer grâce à la lacto-fermentation. Ce procédé de conservation est utilisée depuis milliers d’années pour garder d’innombrables aliments (choux, navets, oignons, carottes, haricots verts…). La célèbre choucroute en est un des exemples les plus réputé.
En plus de conserver toutes les vitamines, ce processus de « cuisson » va également créer les bonnes bactéries (dites « lactiques ») dont nos intestins ont tellement besoin. Non seulement les enzymes ainsi crées se digèrent tout seuls, mais ils vont faciliter la digestion des aliments qu’ils accompagnent.

Voici une recette inratable !
Préparer 1 litre d’eau salée avec de l’eau minérale non chlorée et ajouter 30grs de sel gris de mer non raffiné. Faire bouillir cette eau salée et la laisser refroidir.
Laver rapidement les choux de Bruxelles, puis les découper en petites lanières.
Laver soigneusement à l’eau très chaude des bocaux en verre fermant hermétiquement.
Remplir le ou les bocaux avec les juliennes de choux. Ajouter à votre convenance quelques grains de baies roses, poivre, coriandre…. Tasser sans les écraser. Laisser un vide de 2cm sous le couvercle.
Ajouter de l’eau salée jusqu’à ce que les légumes soient recouverts. Fermer les bocaux hermétiquement et les mettre une semaine sur une étagère à température ambiante (18° environ) et à l’abri de la lumière. Les entreposer ensuite au frais, dans le bas du réfrigérateur par exemple. On peut commencer à les consommer après une semaine de fermentation. Ils se conservent ainsi plusieurs mois…voire des années !

BON APPÉTIT !….

 

Agnès Cossez – Naturopathe (en cours de formation) conseils en nutrition et en hygiène de vie https://agnesfactory.com/category/blog/

Updated: 11/01/2018 — 4:45
Mines de Liens © 2014 - 2016 Frontier Theme